Louise Merzeau nous a quitté brutalement des suites d’une maladie dans la nuit du 14 au 15 Juillet 2017.

Elle faisait partie du collectif SavoirsCom1 depuis le début de l’aventure en 2012. Elle a toujours été présente pour nos actions ; ses conseils et interventions sur notre liste de discussion étaient toujours très précieux.

Une photographie de Louise Merzeau (insignifiance, espace, ordinaire, vide, quotidien, Japon). CC-BY-ND. Source : Flickr.

Elle était encore, il y a deux semaines, avec nous à Pas Sage en Seine pour la préparation du Calendrier de l’Avent du Domaine public, dont elle fut une des chevilles ouvrières plusieurs années durant. Elle a participé très activement à la dernière réunion de notre collectif en apportant de nombreuses idées pour l’évolution de notre gouvernance. Récemment, elle s’était aussi impliquée directement dans la création du projet « Les Communs d’abord« , dont elle assurait la coordination.

Louise a également beaucoup fait à l’Université pour diffuser la question des Communs. Elle est notamment la première en France à avoir ouvert un Master sur la question et elle animait depuis plusieurs années un webinaire auquel nous sommes plusieurs à avoir participé et qui laisse de précieuses archives.

Par ses travaux de recherche sur les traces, l’identité numérique, la mémoire, elle aura marqué le parcours intellectuel de bon nombre d’entre nous. Mais Louise se comportait toujours en pair parmi les autres membres du collectif : elle était humble, pertinente, toujours active et enjouée.

C’est une grande perte pour notre collectif. Mais c’est tout simplement une grande tristesse de voir partir une personne aussi ouverte et engagée, que nous étions nombreux à apprécier.

Louise ne s’est pas contentée d’étudier les Communs de l’extérieur ; elle s’est aussi directement impliquée dans leur développement. Elle était aussi cohérente avec ses convictions dans sa pratique de publication et on peut trouver en Libre Accès sur Internet sa thèse, son HDR et de nombreux articles de sa main.  Louise était également une passionnée de photographie et elle diffusait ses images sous licence Creative Commons.

Louise, tu nous laisses ta pensée en communs, nous ne t’oublierons pas.

Ressources complémentaires (pour entendre la voix de Louise) : 
Interview audio de Louise Merzeau (2013) à propos de l’ouverture du Master Bien communs numériques : « Biens communs numériques : actionner les leviers d’une pensée politique dans la recherche universitaire ».