http://www.internetactu.net/2013/12/17/big-data-lindividu-au-detriment-des-categories/

« Les Big Data sont porteuses d’une énorme ambivalence, estime la philosophe. D’un côté, on se lamente sur la disparition de la vie privée, alors qu’elle n’a certainement jamais été autant protégée. Nous ne sommes plus en relation avec la dame du téléphone qui écoutait toutes les conversations ! En fait, nous n’avons jamais été aussi invisibles en tant qu’individu… estime Antoinette Rouvroy. “La gouvernementalité algorithmique se moque de qui vous êtes. Elle s’intéresse aux formes de vies, à ce qu’elle peut vous vendre, à vos comportements, aux profils auxquels vous correspondez… Nous sommes plutôt confrontés à une hypersubjectivation qu’à une disparition de la vie privée”, suggère la philosophe. Notre réalité s’adapte sans cesse à notre profil. “Nous assistons plutôt à une hypertrophie de la sphère privée et à une disparition de la sphère publique, et c’est de cela dont nous devrions nous inquiéter.” »