http://ift.tt/Lc8PmM

Pas convaincu malgré un bon diagnostic « Comment faire pour résister à cette captation ? De toute évidence, il faut introduire un processus éthique dans l’échange de données. Cela ne pourra pas se faire, affirme Morozov, par de simples changements de lois, comme le souhaitent les juristes spécialistes du numérique, ou par le développement de nouveaux outils, comme le désirent les hackers. Ces derniers se trompent dans leur analyse pour deux raisons : tout d’abord parce qu’ils ne comprennent pas que nombre d’entre nous peuvent céder à la tentation de confier certaines de leurs données personnelles en échange de services ou de biens. Ensuite parce que les hackers, avec leur discours sur la liberté absolue de l’information partagent les mêmes valeurs que les compagnies prédatrices qu’ils combattent. En lieu et place de ce genre d e méthodes limitées, Morozov souhaite revenir au politique. Il appelle de ses voeux une véritable prise de conscience sociale et l’instauration d’un débat : “la discussion est préférable à la data”, a-t-il affirmé. Mais l’espoir de cette prise de conscience n’est-il pas contredit par son diagnostic, puisque de son propre aveu, la plupart d’entre nous se montrent tout à fait prêts à céder leurs données ? »