http://ift.tt/1fkiZNP

« Manifestement, CC-BY ne saurait être considéré comme la seule licence de référence — du moins pas au risque de nuire à l’ensemble du mouvement Open Access. Il n’y a eu pour l’heure aucun procès impliquant des licences Creative Commons. Si un juge est un jour saisi d’un cas impliquant une licence CC-BY et qu’il se contente simplement d’appliquer les prescriptions explicites de Creative Commons, la situation risque d’être totalement intenable : du jour au lendemain tout un processus impliquant des institutions au plus haut niveau (y compris l’Union Européenne) risque de s’effondrer. Il est encore temps de corriger le tir… »