http://archinfo32.hypotheses.org/42

En ces temps post-affaire-Snowden, des collectifs éparses se mobilisent pour raviver les utopies premières de l’internet : réseau décentralisé, gouvernance horizontale, libre appropriation des ressources… Si comme le rappelle Valérie Peugeot(1), nous ne croyons plus en un Etat protecteur, en une science libératrice et en une entreprise respectueuse : l’internet reste un formidable moyen pour créer des communautés aux intérêts partagés qui construisent des règles du vivre-ensemble et répondent à des besoins que les anciennes puissances (l’Etat, le marché) ne veulent plus assurer.