http://ift.tt/1dG0qnf

bonne synthèse sur le sujet!  » La question centrale est de pouvoir utiliser ces réseaux en connaissance de cause. Or, par bien des aspects, les enjeux des réseaux sociaux ne sont pas sans rappeler les questions liées à l’open access et à la gestion des données de la recherche ; car ce qui explique également le développement de ces réseaux, c’est le manque de connaissance et de visibilité des archives ouvertes auprès des chercheurs. Dès lors, c’est aux institutions et aux knowledge intermediaries de poursuivre, encore et toujours, la veille et l’information/formation sur ces problématiques (Rob Procter et al., 2010 et Françoise Gouzi). De fait, ces outils ne sont pas des outils scientifiques professionnels [5], et il convient d’avoir conscience de leurs limites pour ne pas y investir plus de temps et de données que nécessaire. »