http://bit.ly/1pDuTaa

« Le vrai scandale de la #NSA réside ailleurs. Là encore du côté social. Ce qui est scandaleux dans ces écoutes, le seul scandale de ces écoutes, c’est qu’aucune réglementation publique (« policy ») n’existe pour encadrer et normer l’usage des données ainsi collectées (pour conduire à leur anonymisation, à leur effacement). Pour le reste, la #NSA fait son job. Le même que Google, que Facebook, que Microsoft, qu’Amazon, qu’Apple : prendre un maximum de données auprès d’un maximum de sources et les croiser pour inférer des scénarios d’usage, des comportements, pour isoler des signaux faibles, pour déterminer des tendances, pour « sur-veiller ». Refuser de voir cela, continuer d’attaquer la « surveillance technologique » pour ce qu’elle est et non pour ses incidences sociales, revient à adopter l’attidude pétitionnaire des fabricants de chandelle demandant à être protégés de la concurrence déloyale du … soleil. »