http://ift.tt/1hbwGQo

« Il aura donc fallu un scandale d’espionnage américain inégalé, une dizaine de votes au parlement, plusieurs amendements et une procédure d’urgence imposée par Dilma Rousseff à la mi-septembre pour aboutir à ce texte, certes affaibli, mais unique en son genre. Il intervient en pleine année électorale pour le Brésil et à un mois d’un sommet mondial sur la gouvernance de l’Internet à Sao Paulo. Une décision prise au mois d’octobre par la présidente à l’issue de sa rencontre avec Fadi Chehade, le directeur de l’Icann, l’autorité chargée d’attribuer les noms de domaine sur Internet. »