"Le fait que les citoyens se réapproprient pas mal de choses qui correspondent à leurs besoins est un mouvement de fond, que l’on n’arrêtera pas. Il faut veiller à ce que l’Etat, les acteurs publics, ne disparaissent pas totalement, face à ce mouvement. Parce qu’eux seuls peuvent assurer que personne ne soit laissé de côté."

http://www.millenaire3.com/Economie-collaborative-et-biens-communs.122+M52b82826a6c.0.html?utm_content=buffer90b2a&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer