http://t.co/KdVlaPG7h3

« Le piratage n’est qu’un moyen de réparer les déficiences de la démocratie. La légalisation des échanges non-marchands est une solution pour rafistoler ce qui tombe en ruine. On peut imaginer d’autres solutions. Le revenu de base étant la plus profonde et la plus révolutionnaire. La plus simple serait d’adapter les bibliothèques au numérique. Qu’elles puissent nous prêter des textes et qu’à chaque prêt elles versent un subside à l’auteur. C’est ce qui se fait pour le papier, ce pourrait être une méthode de transition pour démocratiser la culture écrite à l’âge numérique, sans avoir à légiférer sur les échanges non-marchands, tout en finançant la création. »