http://t.co/wyleYjWBBP

« À quelques semaines des élections européennes, les eurodéputés Amélia Andersdotter (Parti pirate) et Bart Staes (Verts) ont cependant réussi à poser les bases d’une véritable réforme de fond de la sécurité informatique européenne au détour d’une série de textes, particulièrement techniques, n’ayant pourtant a priori pas grand-chose à voir avec les questions d’espionnage : les décharges. Celles-ci s’inscrivent en fait dans le processus de contrôle budgétaire des institutions européennes qui prévoit qu’à chaque fin d’exercice, le Parlement a le pouvoir de valider, ou de refuser, le budget d’une année écoulée. À cette occasion, les eurodéputés ont également le pouvoir d’imposer certaines mesures de contrôle et de formuler certa ines propositions qui s’imposent alors aux institutions européennes. »