http://ift.tt/1j73Ulr

« Je suis un des créateurs de la récente maison d’édition Multivers (voilà, je viens de changer de casquette). Et nous n’avons mis aucune DRM sur nos ouvrages. La DRM empêche l’interopérabilité. La DRM empêche le prêt inter-personnel. La DRM empêche d’offrir ensuite le livre que l’on a lu. Alors que certains éditeurs restent accrochés aux usages et images des livres papiers, ils imposent un verrou sur les livres numériques et de fait renient pour le numérique certains usages possibles avec leurs livres papier. La DRM imposée par Amazon oblige le lecteur à rester dans l’écosystème Amazon. « Mais cette DRM est obligatoire, quand on veut préserver le droit des auteurs et garantir à l’auteur que son livre ne circulera pas gratuitement alors qu’il a décidé de le confier à un éditeur pour qu’il le vende ». »