http://ift.tt/1nHpEr8

« La Cour estime que « le droit de la personne prévaut en règle générale sur l’intérêt des internautes. » Priorité, donc, à la protection sur l’information. Elle met néanmoins un bémol au droit à l’oubli. Pas sûr qu’il puisse jouer s’il existe « des raisons particulières, telles que le rôle joué par une personne dans la vie publique, justifiant un intérêt prépondérant du public à avoir accès à ces informations ». Bruxelles se félicitait hier non seulement de cette avancée du droit à l’oubli, mais aussi de voir que le droit européen s’applique à une entreprise américaine pourvu qu’elle soit dotée d’une filiale ayant une activité en Europe, même si ses serveurs sont en Californie. »