http://ift.tt/1yToM6n

Si l’on prend au sérieux cette approche du “capital cognitif”, tout l’enjeu va être de soutenir l’individu dans la maîtrise de son “écosystème d’activités” : c’est-à-dire dans cet univers à la fois informationnel, cognitif, relationnel, technique qu’il se construit lui-même en partie et affine au fil de ses expériences personnelles, professionnelles, de loisirs, militantes. Cet écosystème est à la base de ses identités, de son évolutivité, de son employabilité (trouver des activités rémunératrices). Armer l’individu et l’aider à construire un écosystème d’activités “capacitant” pourrait nécessiter d’y associer, par exemple, un droit d’accès à des outils, un droit opposable à un lieu ou un espace de travail, une rémunération de base, une portabilité des droits de formation…