http://ift.tt/1u2vqav

D’autres concurrents, comme PNB (Prêt Numérique en Bibliothèque), se voient relégués au dernier rang : le système n’est toujours pas en phase d’industrialisation, et s’avère trop complexe pour bien des professionnels. Par ailleurs, les soucis techniques inhérents à la pose de verrous numériques (DRM), ou au principe de chronodégradabilité vont disqualifier les solutions proposées par PNB. Les bibliothèques, plus encore qu’avec la Bibliothèque de Prêt Kindle (qui permet aux utilisateurs Kindle d’emprunter un ouvrage à la fois), devront s’armer d’espoir face à la concurrence. Le retard français pris en matière de prêt de livres numériques n’a visiblement pas fini de faire de dégâts.