http://ift.tt/1vS75Qi

Et c’est en ceci que cette proposition est symptomatique d’une grave maladie chez ceux qui nous gouvernent. Non pas qu’ils veuillent contrôler l’expression publique: ils l’ont toujours fait. Non plus qu’ils aient une passion pour les « Autorités » diverses et variées: notre administration en est saturée. Non. Ce qui est maladif, c’est cette volonté sans cesse réaffirmée de considérer que les libertés fondamentales sont à géométrie variable selon le lieu où elles s’exercent.