http://ift.tt/1pdXqnV

Or l’exécutif a finalement opté pour un cavalier législatif bien différent… Il demande en effet au Parlement l’autorisation de le laisser légiférer tout seul, par voie d’ordonnance. En clair, les députés et sénateurs n’auront pas leur mot à dire : ils ne pourront pas amender le texte de transposition, qui restera du seul ressort du gouvernement. Les associations Savoir Com1 et Regards Citoyens s’étaient ainsi vivement émues de ce choix, de même qu’Axelle Lemaire, qui avait eu du mal à cacher sa désapprobation sur Twitter.