http://lrf-blog.com/2014/10/01/rentree/

« il est intéressant de comparer cette offre publique de référence avec l’offre pirate (j’ai hésité une seconde avant d’écrire « offre » mais c’est bien de cela qu’il s’agit). Même si le catalogue des pirates est moins fourni, la différence n’est pas si forte. Le point peut-être le plus remarquable c’est que les pirates sont loin de se cantonner aux blockbusters (ce que je supposais a priori). Au contraire : les titres sont nombreux et variés. On remarque même que les pirates couvrent un peu mieux les premiers romans et les romans étrangers que la BM (les pirates ont 10 premiers romans sur 13 et 17 romans étrangers sur 30, la bibliothèque a 8 premiers romans et 13 romans étrangers). En tant que bibliothécaire, ces résultats m’interpellent parce que les pirates font, de facto, un travail qui n’est pas très éloigné de celui qui devrait être le mien. C’est d’ailleurs de cette façon que de nombreuses personnes qui téléchargent semblent voir les choses. On peut s’en rendre compte en parcourant les commentaires laissés sur les pages de téléchargement. Je vais conclure en citant un(e) certain(e) Malinoise, dont les mots ne manqueront pas de faire frémir le moindre bibliothécaire : « Merci […] de démocratiser la culture, sans vous je n’aurai[s] pas accès à tous ces textes. » »