http://www.numerama.com/magazine/31140-une-mega-hadopi-contre-les-sites-pirates-en-espagne.html

Mais surtout, l’autorité administrative pourra « exiger la coopération nécessaire entre les fournisseurs de services de paiements électroniques et de publicité, leur ordonnant de suspendre » toute relation commerciale avec les sites pirates visés. Les hébergeurs et les FAI devront aussi, sur demande, fermer ou bloquer l’accès aux sites. C’est le principe voulu en France par la future liste noire de l’Hadopi, à ceci près que l’autorité française n’a pas officiellement les pouvoirs de la faire respecter. Tout se fera de façon plus discrète, en menaçant de poursuites en complicité les intermédiaires techniques ou financiers qui auraient l’audace de travailler avec un site blacklisté.