http://blog-libre.org/index.php/post/2014/10/23/culture-libre-et-utopie-technologique

Le monde du libre (se) nourrit (d’) une représentation assez grossière ou commune de ce qu’est un individu : une unité irréductible, distincte et (presque) autonome. On insiste beaucoup sur la liberté individuelle et sur la maîtrise de son environnement, on s’affirme ostensiblement sur un mode de relations (processus de socialisation) qui, pour se préserver, prend le caractère d’un combat (d’abord sur soi). Ce faisant, rares sont ceux à s’interroger sur l’appartenance à un ensemble humain plus vaste (le mouvement et plus au-delà) et sur cette relation d’inclusion et de détermination que l’un et l’autre entretiennent, à savoir le processus de socialisation (normes, modes d’organisation, etc.). Seule importe, le plus souvent, la (fausse, surtout aux yeux des autres) promesse d’une réalisation ou d’un accomplissement de soi. Les outils numériques offrant un formidable support (externe) pour l’expression de leurs fantasmes d’omnipotence et surtout une forme de rationalisation qui vient peupler leur univers d’images (de soi et d’objets) grandioses comme un merveilleux rempart au monde extérieur chaotique et incompréhensible sur lequel, le plus souvent, beaucoup d’entre eux ont renoncé à agir directement pour le changer (politique).