http://bibliomancienne.com/2013/08/24/le-futur-des-bibliotheques-publiques-au-21ieme-siecle-creer-des-capabilites-humaines-pour-les-droits-humains/

Le soutien de la bibliothèque à la sphère publique consiste à assurer la disponibilité et l’accès à l’information ainsi que de la médiation que requiert le partage des communs : « The rôle of public library collection development so that librarians ensure that materials are available to meet the needs and interests of all segments of their communities continues to be an important way that the public sphere continue to be enhance. » (Budd and Wyatt, Do You Have Any Books On… » An Examination of Public Library Holdings, 2002) C’est par ce biais que la bibliothèque publique, selon McCook en 2004, participe à la création de l’opinion publique, à la construction de la communauté en favorisant un dialogue authentique entre les citoyens qui soit propice à l’action politique. Une autre tendance affecte la sphère publique de manière plus tangentielle : le sentiment d’appartenance ( Sense of Place). Selon McCook, la bibliothèque publique peut contribuer à créer un sentiment d’appartenance qui transcende les nouveaux développements impersonnels, les lieux commerciaux, etc. et qui aident la communauté à bâtir son identité et préserver son caractère distinctif. Il faut encourager, dit-elle, la « création d’espaces publiques qui sont de véritables places communautaires », des « tiers lieux » aptes à favoriser la sphère publique et la vitalité démocratique. Ce défi suppose des ressources appropriées de même que des lieux de rencontre, des forums, des espaces collaboratifs, des agoras, des plates-formes d’échanges tant physiques que, il va sans dire, numériques.