http://alireailleurs.tumblr.com/post/108990078938/la-cathedrale-du-calcul-the-atlantic

« Malheureusement, les systèmes informatiques ne veulent pas admettre qu’ils sont burlesques. Ils veulent être innovants, perturbateurs, transformateurs… Et un tel zèle nécessite une cécité sectaire. » Seuls les jeux admettent volontiers qu’ils sont des caricatures. Ils subissent les conséquences de cet aveu en étant déconsidérés par l’opinion publique. SimCity n’est pas un outil de planification urbaine, c’est une caricature. Oui, des algorithmes sont impliqués dans Netflix ou Google Maps. Mais ce n’est qu’une partie de l’histoire. Une version théologisée de la diversité utilisée pour processus. Oui, le calcul a pris une place considérable dans la culture contemporaine, mais le concept d’algorithme est devenu un raccourci bâclé. Cette vénération nous empêche d’intervenir dans les changements sociaux que des grandes entreprises comme Google ou Facebook mettent en place. Voir leurs résultats comme étant au-delà de notre influence, comme étant pré-déterminés et inévitables nous paralyse. Elle nous empêche de voir que les systèmes informatiques sont des abstractions, des caricatures, une perspective parmi d’autres.