http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/15/lalgorithme-gouvernement-sera-intrusif-inefficace-prouve-258672

La responsabilité est donc colossale. Et renvoie, selon les chercheurs, toujours au même problème : la question fondamentale n’est pas un enjeu technique mais un enjeu social. Comme le dit Gilles Dowek : « Acceptons-nous ou non d’être observés en permanence afin que quelques criminels soient arrêtés au moment où ils en sont encore à préparer un crime ? » Colin de la Higuera, membre du laboratoire informatique de l’université de Nantes, regrette pour sa part que le sujet, aux « vraies répercussions pour la société », ne fasse pas l’objet d’un débat public avec les chercheurs compétents. De son côté, notre spécialiste de l’intelligence artificielle se définit « comme Oppenheimer devant la bombe atomique ! ». Et ajoute : « J’ai l’impression que les politiques viennent me raconter mon boulot alors qu’ils ne le connaissent pas mieux que moi. […] Ils parlent d’algorithme avec un grand A, comme s’il s’agissait d’un archange tombé du ciel pour arrêter les méchants… Non ! Un algorithme ne sort que des cerveaux humains. Et je vous en conjure : méfiez-vous de ce qui sort de mon cerveau ! »