http://www.numerama.com/magazine/32987-l-association-des-victimes-du-terrorisme-opposee-a-la-loi-renseignement.html

L’association se dit inquiète par certaines dispositions du projet de loi, et demande « davantage de garde-fous législatifs », notamment concernant le « fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes », qui prévoit de conserver pendant 20 ans les identités et coordonnées de toute personne condamnée en première instance pour une affaire de terrorisme (y compris si la condamnation est ensuite annulée ou réformée), ou même de toute personne qui serait simplement mise en examen dans une telle affaire, si le juge d’instruction l’ordonne. « La lutte contre le terrorisme exige une vigilance républicaine spécifique », conclut l’AFVT.