http://www.numerama.com/magazine/33069-loi-renseignement-la-france-se-felicite-d-un-debat-democratique-riche-et-ouvert.html

Mais fidèle à la position qui est la sienne depuis la présentation du texte, la France s’enferre dans son refus d’écouter les arguments de ceux qui préfèrent la liberté à l’illusion de sécurité, et notamment d’admettre que son projet de loi viole les droits de l’homme. Dans une réponse adressée ce mardi 12 mai (.pdf), le cabinet du ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a estimé qu’il n’y avait rien à redire au texte, qui respecterait les principes « de légalité, de nécessité et de proportionnalité », et enchaîné les affirmations sans démonstration. Alors que de nombreuses organisations de la société civile et de protection des droits de l’homme sont vent debout contre le projet loi français, la diplomatie française assure que « la France se félicite qu’un débat démocratique riche et ouvert ait permis à tous les points de vue de s’exprimer », mais oppose une fin de non-recevoir aux arguments exprimés. « C’est quoi ce débat sur les libertés ? », s’était même énervé Manuel Valls.