Screen Shot 06-12-15 at 08.45 PM
L’ABF (Association des bibliothécaires de France) a tenu son congrès à Strasbourg ce week-end. En ouverture, elle a publié une « Charte du droit fondamental des citoyens à accéder à l’information et aux savoirs par les bibliothèques« 

Ce texte contient une série de principes visant notamment à garantir l’absence de censure, le libre accès à Internet, le partage de la culture et du savoir en bibliothèque, le respect de la vie privée et des données personnelles. Il se réfère explicitement aux biens communs de la connaissance et préconise largement l’emploi des licences libres et le respect du domaine public. Cette charte est adossée à un système de labels permettant à chaque établissement de se situer par rapport à ces valeurs.
Voici les 8 points fondamentaux :
  1. Le droit d’accéder librement et sans discrimination à toutes les cultures et à une information plurielle.
  2. Le droit à un accompagnement attentif et compétent, respectueux des attentes des citoyens.
  3. Le droit des personnes handicapées à l’égalité d’accès aux savoirs et à l’information.
  4. Le droit d’expérimenter et de se former tout au long de la vie.
  5. Le droit d’être en capacité de participer à l’innovation sociale et aux débats citoyens.
  6. Le droit d’accéder à un internet public ouvert et fiable.
  7. Le droit d’accéder, de réutiliser, de créer et de diffuser des communs du savoir.
  8. Le droit d’accéder à des ressources, y compris numériques, respectant la diversité des usages et favorisant l’appropriation de l’information et du savoir.

Les labels se déclinent en trois niveaux et seront attribué selon des critères spécifiques, ainsi que le « niveau d’implication de la collectivité dans la mise en œuvre des principes énoncés » :

  • label « Bronze » (accès libre et ouvert aux savoirs et à l’information),
  • label « Argent » (accès et partage libres et ouverts des savoirs et de l’information,
  • label  « Or» (accès, partage et coproduction des savoirs et de l’information)
Nous considérons que c’est un pas en avant majeur et la reconnaissance de principes que nous défendons depuis le début au sein de SavoirsCom1. Nous serions même tentés de considérer qu’il s’agit là de l’acte de naissance de la bibliothèque conçue comme bien commun et plus seulement comme établissement public.
On trouve notamment dans les principes des aspects qui touchent à la gouvernance même des établissements et pas seulement aux ressources.
Bien sûr, cette charte reste incitative et il n’est pas dit qu’elle provoque d’elle-même une évolution dans les pratiques. Nous considérons en tout cas qu’elle marque une avancée importante en tout cohérence avec le Manifeste de SavoirsCom1.